Sélectionner une page

Comment la Collectivité Européenne d’Alsace (CEA) enterre l’Alsace

Le 1er janvier 2021 a été créée la Collectivité Européenne d’Alsace (CEA), issue de la fusion originale du Bas-Rhin et du Haut-Rhin¹. Si la presse présente cette nouvelle collectivité comme une innovation, l’ordonnance du 28 octobre 2020 qui en précise l’application parle de « conseil départemental de la CEA » (art.11-II) pour qualifier son organe délibératif. En réalité c’est d’un nouveau département aux compétences élargies et sous la tutelle de la Région Grand Est dont il est question.

En effet, hormis pour la gestion des routes qui sera effectuée avec le concours des services de l’État, les nouvelles attributions de la CEA (tourisme, coopération transfrontalière, bilinguisme) resteront partagées avec le Conseil Régional du Grand Est qui restera chef de file dans ces domaines.

Par ailleurs, la fusion devrait entraîner une hausse des coûts : Il n’est pas question de réduire le nombre de postes, ou de services, bien au contraire. L’harmonisation des salaires va entrainer une hausse des charges pour la CEA. Ainsi, en moyenne, les fonctionnaires haut-rhinois seront augmentés de 400 euros, et les bas-rhinois de 200 euros, tout simplement parce que leurs salaires sont fixés en fonction de la taille de la collectivité pour laquelle ils travaillent.

Par ailleurs la création de cette collectivité (qui n’a d’européenne que le nom puisqu’il s’agit bien d’une collectivité française dont il est question) d’Alsace entraîne déjà des imbroglios et des antagonismes dont les Alsaciens se passeraient bien, il en va ainsi du nombre d’élus de la future assemblée mais surtout du choix de la ville où siègera la CEA, qui devrait encore renforcer la position de Strasbourg sur Mulhouse et Colmar.

En guise de décentralisation et pour servir un objectif de pure communication de la part du gouvernement, la création de la CEA aura réussi à dissoudre très chèrement deux départements cohérents qui comptent parmi les mieux gérés de France, pour renforcer le centralisme local de Strasbourg et la tutelle de la région Grand Est sur les institutions locales.

¹ https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042472268