Sélectionner une page

À moins de 3 mois de la mise en place de la Collectivité Européenne d’Alsace, nouveau monstre technocratique qui se rajoute à celui du Grand Est, c’est le Conseil d’Etat de Paris qui est à la manœuvre.

Les élus alsaciens à l’origine de ce mastodonte en sont réduits à proposer des gadgets, tels que le vote en ligne pour choisir le visuel de nos plaques minéralogiques entre un bretzel et un drapeau alsacien.

La conséquence de cet arbitrage du Conseil d’Etat est que l’Alsace n’aura plus qu’une seule liste départementale à la place de deux pour les prochaines Elections Régionales.

Ce tripatouillage aura pour conséquence d’éloigner encore les élus de leurs territoires, mais surtout les citoyens des urnes.

Aucun problème n’a été résolu quant au mode de gouvernance, siège de la future collectivité et surtout les compétences qui, pour l’essentiel, resteront à la Région Grand Est. La seule certitude que l’on a, c’est l’augmentation des dépenses de fonctionnement comme l’augmentation des indemnités des conseillers départementaux de près de 400 euros !

Christian Zimmermann, conseiller régional

Virginie Joron, conseillère régionale et député européen