Sélectionner une page

Communiqué de Virginie Joron, Député Européen, Présidente du groupe RN à la région Grand Est, Déléguée Départementale du Haut Rhin.

Ce mercredi 25 mars, le président de la République Emmanuel Macron est à Mulhouse, ville-foyer de l’épidémie du Covid-19 dans le Grand Est et dans notre pays. Il peut constater en face les résultats dramatiques de sa politique néolibérale sur notre système de santé : l’hôpital public était déjà à genoux avant que la crise sanitaire n’éclate.

En effet, si un l’hôpital militaire de campagne a été installé en urgence pour pallier au manque de place dans les structures hospitalières, si de nombreux patients français atteints du coronavirus sont actuellement évacués et soignés dans des hôpitaux allemands ou suisses, c’est aussi parce que le gouvernement d’Édouard Philippe a, depuis le début du quinquennat, sous-estimé, voire négligé, la politique de santé en France.

En visite dans la Marne à Épernay en novembre 2019, Emmanuel Macron avait annoncé « un plan d’urgence conséquent » pour l’hôpital. Force est de constater que les actions entreprises par son gouvernement en la matière ont été plus qu’insuffisantes. La situation que nous traversons en ce moment en est la conséquence : détresse et épuisement du corps médical, pénurie de matériels, manque de lits pour les malades… Pourtant les signes avant-coureurs ne manquaient pas, particulièrement dans l’Est. De la fermeture des urgences d’Altkirch en octobre dernier, aux quatre mois de grève du service des urgences de Mulhouse, aux 41 démissions des médecins des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg en février dernier, il fallait être aveugle pour ne pas remarquer la situation catastrophique de l’hôpital public.

Au Rassemblement National, nous n’avons eu de cesse de dénoncer la casse de tous nos services publics, à la fois en ville comme dans les territoires ruraux, où en ce moment les EHPAD se transforment en mouroirs. Cette crise sonne le glas du néolibéralisme, de l’exigence de rentabilité appliquée aux services les plus vitaux. L’heure est à la protection, à la solidarité, à la responsabilité.